Soutenu par Les Canaux, nous avons eu l’envie de proposer un temps d’échanges et de réflexion collective sur l’Economie sociale et solidaire (ESS) autour de l’empowerment des femmes comme opportunité économique. Retour sur cette soirée du 29 novembre dernier avec des personnalités inspirantes.

Tout d’abord, merci à Anna Lentzner – notre facilitatrice graphique qui a dessiné en direct lors de cette conférence – pour le coup de crayon, l’intelligence et l’humour 

Le féminisme et l’émancipation des femmes sont devenues des thèmes incontournables. Au-delà des constats sur les inégalités persistantes dans le monde travail, la société est arrivée à un niveau de maturité où des femmes construisent leur business autour du thème de l’empowerment des femmes. Alors que les femmes revendiquent à présent haut et fort leurs besoins et leurs aspirations spécifiques, des structures commencent à se saisir de cette opportunité.

Des culottes menstruelles ou des vêtements arborant des slogans féministes aux cabinets de conseil spécialisés sur l’égalité femmes-hommes, tous les secteurs sont touchés : santé, sport, culture ou mode, de nombreuses entreprises se lancent sur ce créneau. Est-ce un effet de mode ou une vraie tendance de fond qui ne fait que s’amorcer ?

Pour nous éclairer sur ce sujet sont venues Amélie Notais, maîtresse de conférences à l’université du Mans qui dirige un Master Management et Développement. Sa collègue Julie Tixier est maîtresse de conférences à l’Université Paris-Est Marne et leurs travaux communs portent sur l’entrepreneuriat social des femmes dans les quartiers et sur le rôle de l’entrepreneuriat dans la (re)construction de l’identité de ses femmes. Julie Tixier est également coordinatrice pédagogique du Pepite 3EF.

Marion Choueib a créé, parallèlement à son Master en management du sport, Famosport : une association parisienne qui a pour objectif de faciliter l’accès à la pratique sportive pour les femmes dans les quartiers prioritaires de la ville. Enfin, Claudette Lovencin est la co-fondatrice de FEMPO : la première marque de culotte menstruelle en France, qui remplace les protections hygiéniques pendant 12h. FEMPO comme… femme et empowerment, pour offrir une solution respectueuse de la santé des femmes.

Une activité basée sur l’empowerment des femmes 

Amélie Notais et Julie Tixier sont les autrices d’un article « Entrepreneuriat et innovation au cœur d’un territoire : le cas des femmes entrepreneures sociales des quartiers ». C’est à la cité des 4 000 à la Courneuve (Seine-Saint-Denis) que les chercheuses ont mené une recherche sur l’entrepreneuriat féminin, dans le cadre des formations à l’entrepreneuriat social dispensés par HEC aux femmes de ce territoire. « Les femmes portent des projets locaux pour améliorer leur quotidien de leur ville et y rester » témoignent les deux chercheuses, au contraire des hommes qui essaient de s’enrichir pour s’en extraire. L’idée initiale part généralement de situations vécues par les femmes elles-mêmes et leur envie de trouver une solution à leurs problèmes.  « Les projets portés par les femmes sont très ciblés, souvent vers les populations dites vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les femmes ». Elles rencontrent plus de difficultés que les hommes car « d’une part elles demandent des montants inférieurs à ceux demandés par les hommes (effet d’auto-censure) et d’autre part leurs projets ont deux fois moins de chance d’être retenus par rapport à ceux de leurs homologues masculin » affirment Amélie Notais et Julie Tixier. L’entreprenariat de ces femmes leur permet une réelle émancipation sociale et sociétale.

Le culot d’entreprendre

Claudette Lovencin a créé FEMPO – la première marques française de culotte menstruelle – avec son amie Fanny Abes il y a un seulement deux ans. Rien ne prédestinait ces deux femmes à l’entreprenariat et à une telle success story. C’est grâce à un prêt bancaire qu’elles ont lancé la première fabrication de culottes. Originaire du Canada et arrivée en France pour faire des études, Claudette a créé FEMPO comme un produit qui donnerait du pouvoir aux femmes en se basant sur une communauté. Elles ont lancé un sondage en ligne sur les règles et 3000 femmes ont répondu qu’elles vivaient leurs règles et les différentes solutions de protections comme problématiques. Ainsi, elles ont décidé de créer « la culotte de l’espace » et continuent d’entretenir des échanges nourris avec la communauté de femmes FEMPO.

Marion Choueib a créé Famosport pour encourager la pratique sportive des femmes dans un quartier populaire de Paris. « Le véritable déclencheur, c’est quand j’ai appris qu’une maman ne voulait pas payer la licence de sa fille, alors que le petit frère était inscrit au foot ! » Outre l’encouragement à la pratique sportive des filles, Marion propose des solutions pour les mères qui manquent souvent de temps, de moyens financiers et de solutions de garde. Des salles de sport sont dédiées aux femmes avec un tarif indexé sur leurs revenus pendant que les enfants pratiquent une activité avec une association partenaire. Marion est également coach sportif et développe des offres destinées aux entreprises, afin d’assurer son modèle économique.

Lucie Groussin 

N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil au site internet de notre illustratrice préférée Anna Lentzner : http://lheuredelasieste.fr/